Ehpad : les propositions chocs de la Mutualité française pour faire baisser leurs coûts

      Commentaires fermés sur Ehpad : les propositions chocs de la Mutualité française pour faire baisser leurs coûts
Ehpad : les propositions chocs de la Mutualité française pour faire baisser leurs coûts
Westend61 / Brand X / Getty Images

Le président de la Mutualité française, Thierry Beaudet, souhaite plafonner le prix des Ehpad et les facturer en fonction des revenus. Il promet la modération tarifaire en 2020 et souhaite que l’on “favorise le maintien à domicile” des personnes en perte d’autonomie.

C’est un geste fort. Le président de la Mutualité française, représentant 450 mutuelles, veut plafonner les prix des maisons de retraite. Dans un entretien accordé au Parisien, Thierry Beaudet assure que face à un reste à charge moyen en Ehpad de 2.000 euros en France, il faut “faire payer chacun en fonction de ses revenus”, comme cela fonctionne pour les crèches. Et pour éviter que les maisons de retraite ne sélectionnent leurs adhérents en fonction de leurs revenus, il a une solution : “fixer des tarifs plafond pour chaque service proposé par l’établissement”.

Face au prix exorbitant des maisons de retraite, le président de la Mutualité française a également un but : “favoriser le maintien à domicile”. Il note en effet que “41% des Français en perte d’autonomie sont en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes” en France, contre 32% en moyenne en Europe, et même 12% au Canada. Problème selon Thierry Baudet : la France dépense deux fois moins que la Suède pour la dépendance. Il invite donc le gouvernement à mettre les moyens.

>> À lire aussi : Ehpad : vers des tarifs proportionnels au revenu ?

Quand on l’interroge sur les possibilités de financement de cette dépendance, Thierry Baudet précise au Parisien que “les mutuelles réfléchissent à une assurance dépendance généralisée et obligatoire, qui s’ajouterait au socle du financement public”. Selon lui, cela pourrait prendre la forme d'”une cotisation de 10 à 15 euros par mois” intégrée aux contrats d’assurance santé dits “responsables” à partir de 40 ans. Le président de la Mutualité française estime que cela “permettrait d’apporter 500 euros par mois d’aide aux résidents en GIR 1 et GIR 2”, catégories de personnes les plus dépendantes.


©
Capital